Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
  • 3 février 2022

Augmenter la fertilité avec la naturopathie

Augmenter la fertilité avec la naturopathie

Augmenter la fertilité avec la naturopathie 807 459 Marie-Amélie

En ce début d’année, je rencontre beaucoup de femmes qui souhaitent arrêter la pilule et se lancer dans un projet de conception. Ce sont toujours de belles rencontres.

Voici donc quelques conseils pour qui pourraient vous être utile si vous partagez ce projet afin de maximiser votre fertilité et préparer votre corps à cet accueil. Pour cela, il convient d’apporter quelques changements à votre hygiène de vie dès la période de pré-conception. Changer d’hygiène de vie : pas de panique, rien d’insurmontable ! L’arrivée d’un bébé change une vie et cela commence maintenant !

Voici donc le premier changement lié à la parentalité, le premier challenge !

Tout ce que vous respirez, mangez, votre niveau de stress et vos émotions affectent la qualité de l’ovule et des spermatozoïdes. 

4 mois de préparation avant la conception d’un enfant c’est le délai idéal pour encrer ces nouvelles habitudes de vie, pour éliminer les toxines et les toxiques accumulés (tabac, pilule …), combler les carences vitaminiques et minérales qui rendront la conception possible et la grossesse confortable (éviter les nausées du 1ertrimestre et le baby blues après la naissance : et bien cela se construit avant la conception).

Supprimez les toxiques :

Booster sa fertilité avec la naturopathie : arrêter les toxiques

Arrêtez de fumer : la cigarette contient plus de 4000 composés chimiques qui ont des effets nocifs sur le système reproducteur de l’homme et de la femme : il y a non seulement un risque plus élevé d’infertilité mais aussi des risques augmentés de fausse couche, de grossesse extra utérine …  qui sont très bien documentés. Le tabac a des effets délétères sur l’ovulation mais aussi sur la qualité des ovules et du sperme, il augmente significativement les délais de conception chez les 2 partenaires. L’imprégnation tabagique prend quelques mois avant de disparaître.C’est donc à prendre en compte avant d’envisager une grossesse.

Arrêter l’alcool et les boissons sucrées : Boire un verre d’alcool ou de boisson sucrée par jour réduit les chances de tomber enceinte de 33% chez l’homme et 25 % chez la femme. Boire 4 verres d’alcool par semaine, soit moins d’un verre par jour, diminue la qualité des spermatozoïdes. Certaines études montrent qu’il faut 3 mois après une soirée arrosée pour que le nombre de spermatozoïde redevienne normal.

Attention au téléphone portable : des études montrent que plus le téléphone portable est utilisé dans la journée moins les spermatozoïdes sont nombreux et mobiles. Messieurs : arrêtez de garder le téléphone sur vous, vos spermatozoïdes ne seront plus capables de féconder un ovule. 

Certaines maladies et certains médicaments affectent la fertilité. C’est notamment le cas du SOPK, de l’endométriose ou du diabète. Mais là encore pas de fatalisme : assurez-vous auprès de votre médecin que les médicaments prescrits ne vont pas interférer avec la conception d’un enfant et discutez avec votre naturopathe des solutions intégratives qui pourraient être mises en place pour améliorer votre santé. 

Un indice de masse corporelle santé entre 19 et 25 :

Le surpoids comme la maigreur ne favorisent en rien la fertilité : les deux génèrent des anomalies au niveau du cycle menstruel et de l’ovulation. En effet le poids est en lien avec le système hormonal. L’idéal est donc de déterminer si vous avez un poids santé et si ce n’est pas le cas d’anticiper avec l’aide d’un naturopathe qui vous guidera pour perdre ou gagner du poids avec de simples changements de style de vie et d’alimentation. Une activité physique, si elle est proportionnée et raisonnable, outre son aspect bénéfique pour la gestion du poids, augmente les chances de grossesse et diminuent les risques de fausse couche.

Au niveau de l’alimentation : gardez à l’idée que pour concevoir il faut notamment des protéines et des acides gras en quantité suffisante. Mais attention pas n’importe quel gras : privilégiez les acides gras insaturés et fuyez les graisses trans. Diminuez aussi vos apports en glucide raffinés, préférez les aliments à faible indice glycémique. Si ces notions sont un peu confuses, pas de panique ! Votre naturopathe saura vous accompagner et vous guider. 

Adopter des outils d’auto gestion du stress :

Ça c’est la base de la naturopathie : une vision holistique de l’humain, le corps et les émotions sont liés. Notre vision est d’ailleurs validée par la recherche qui a prouvé que lorsque les femmes améliorent leur imperméabilité au stress, tombent plus vite enceinte. 

Tout cela a donné lieu à une nouvelle branche de la médecine traditionnelle : la neuro-psycho- endocrino- immunologie. 

Un excès de stress peut impacter l’hypophyse qui est un centre majeur de la régulation hormonale (y compris des hormones sexuelles). Pour le cerveau, il est normal d’empêcher une grossesse si l’on est sous tension : c’est une protection. Un excès de stress peut spasmer les trompes de Fallope et empêcher l’ovule fécondé de descendre vers l’utérus pour nidifier. Enfin, il diminue la libido des deux partenaires.

BREF : Trouver des outils pour ne plus se laisser envahir par le stress est indispensable pour rester en bonne santé et pour procréer. Et ces outils sont nombreux :  Yoga, méditation, cohérence cardiaque, marche, activité créatrice ou manuelle …. Là encore n’hésitez pas à échanger à ce sujet avec votre naturopathe. Nous connaissons bien ces techniques et nous pourrons, en outre, vous accompagner avec des minéraux, des vitamines ou encore des plantes.

Qu’en pensez vous ? Est-ce que 4 mois vous paraissent désormais comme étant un délai raisonnable pour optimiser votre fertilité ? Souhaitez vous d’autres conseils sur ce thème ?

Changer seul ses habitudes de vie peut sembler être un challenge impossible, n’hésitez pas à solliciter votre naturopathe qui saura vous accompagner sur ce chemin avec des conseils personnalisés.

Et d’ici là, prenez soin de vous